Flux RSS

Archives de Catégorie: Shit Les Inrocks Say!

Shit William Sheller says in Les Inrocks

Publié le

Ah, William Sheller, il traîne une mauvaise réputation personnelle dans le milieu depuis des années, aigri, imbu de lui-même, un vieux schnock quoi. Hé bien vous savez quoi ? Son interview dans Les Inrocks du 14 octobre 2015 montre à quel point cette réputation est méritée !

William Sheller Stylus

Respect du public

« Entre nous, j’en ai marre des concerts avec un quatuor. Je m’emmerde sur scène dans cette formule, j’aurais préféré m’arrêter un long moment et passer à quelque chose de radicalement différent ».

Que ne l’a-t-il pas fait…

Comparaison modeste

« On m’emmerde parce que j’ai pas fait de disque depuis sept ans, et alors ? Barbara est restée dix ans sans faire d’album »

(et elle est morte l’année suivante)

Respect du public (II)

« Mon album préféré, c’est « Ailleurs ». Il y avait un peu de tout : du Haendel, de la musique indienne, du rock et peu m’importe si ça déroute le public »

Si peu lui importe…

Modestie 

« En quarante ans de carrière, quel est le nombre de mes chansons que les gens ont dans la tête ? Vingt ? Vingt-deux maximum ? »

ou trois plutôt ?

William Sheller forêt

Cuistrerie

« A mes débuts, à cause de Rock’n’Dollars, je suis passé pour un chanteur rigolo, ce qui est quand même un peu désolant lorsqu’on a passé comme moi huit ans à étudier la fugue, le contrepoint ou l’orchestration »

Désolant, c’est bien le mot !

Comparaison modeste (II)

« -Certains trouvent vos textes incompréhensibles..

-ils n’ont qu’à se cultiver, je ne peux rien faire pour eux. Ils n’ont sans doute pas lu Eluard, Apollinair et les surréalistes »

Publicités

Shit Virginie Despentes says in Les Inrocks

Publié le

C’est à partir de la page 22 du numéro 997 des Inrocks, du 7 au 13 janvier 2015…

Virginie Despentes en couverture des Inrocks n° 997

Virginie Despentes en couverture des Inrocks n° 997

Vieillir

« C’est un vrai truc de vieillir, on me l’avait dit mais je n’y croyais pas. Et le plus dur ce n’est pas pour soi, mais c’est de voir les autres vieillir. Surtout dans le rock. A 20 ans, ils avaient tous un look, et puis ils l’ont perdu. »

Le rock

« Le rock comme mode de vie, dangereux et subversif, ça s’est arrêté abruptement: il n’en reste à peu près rien, sauf du son et des fringues ».

On ne change pas

« La différence entre les hommes et les femmes, c’est que les femmes changent. Je pense que les filles se prennent des coups dans la gueule plus tôt et plus violemment par rapport à ce qu’elles attendent de la vie, alors elles réagissent. Je connais peu de filles qui passent leurs journées à jouer à des jeux vidéo ».

Un conseil pour bien écrire

« J’essaie globalement d’aller vers plus de calme, je ne crois pas du tout au truc qu’il faut aller mal pour écrire. Etre sensible me paraît bien. Arrêter de boire et trouver plus de calme, ça a été une vraie décision pour écrire »

Kurt Cobain (photo Denver Public Library)

Kurt Cobain (photo Denver Public Library)

L’influence du rock

« Au moment où Nirvana est devenu un truc énorme, quelque chose s’est terminé. Je me souviens qu’on entendait Nevermind partout, je me sentais dépossédée de ma musique Et tous les grands groupes américains se sont mis à signer en rafale chez les majors. Et tout ça a été couronné par le suicide de Kurt Cobain »

My generation

« On a été pris comme des lapins dans des phares. Nous sommes une génération désemparée. On ne s’attendait pas à ça…on faisait les durs, on prétendait savoir que le système était dégueulasse…mais, en Europe, ce qui s’est passé ces cinq dernières années, le fait que tout s’écroule autant sans qu’on soit capable d’émettre une pensée, d’avoir une perspective…On est inconsistant en tant que génération »

« On a fait fait ce qu’on a pu, mais ce sont des gens plus vieux qui analysent ça aujourd’hui ou des gens plus jeunes. Alors qu’on se croyait plus armés que ça ».

Des avantages d’être lesbienne

« Etre lesbienne m’a mise à l’aise avec le fait de réussir des choses. Alors qu’en tant qu’hétéro, ça me mettait mal à l’aise dans la séduction avec les hommes. […] Avant, le succès, c’est comme si tu avais 6 kilos de trop ».

Etre une femme

« Le poids d’être séduisante, de réussir, mais pas plus que ton mec, d’avoir des enfants, tout ça est un frein terrible qui empêche les femmes d’avancer. »

 

Shit Gérard Lefort says in Les Inrocks

Publié le

Grand retour de la rubrique « Shit les Inrocks say » cette semaine, grâce à cet article sur Gérard Lefort et ses 35 ans de carrière à Libération. On comprend que le sujet était favorable 🙂 En pages 60 à 66 du numéro 992 des Inrocks du 3 décembre 2014.

 

Serge July

« Je ne veux pas mythifier Serge July mais disons que, pour 5 idées à la con, il en avait toujours une vraiment très bonne ».

Le ratio n’est quand même pas extraordinaire !

Serge July

Serge July

Signer ses articles

« A l’époque, il était mal vu de signer ses textes, ça tenait un peu de l’individualisme petit-bourgeois »

Au service télé de Libération

« Jusqu’au jour où, fin 80, Michel Cressole me dit « Mais tu vas dépérir avec cet hétéro-beauf de Mordillat. Viens avec nous. C’est facile : tu regardes la télé et après tu écris tout ce que tu veux! » Al’époque, il y avait 3 chaînes et ils regardaient la télévision au bureau toute la journée. J’ai passé des après midi à regarder avec eux Aujourd’hui Madame qu’ils commentaient à voix haute en hurlant de rire »

Le début d’une carrière

« J’avais 27 ans et je me suis mis à beaucoup bosser parce que c’était là que je voulais être »

Gérard Lefort

Gérard Lefort

Etre cinéphile dans les années 70

« Mais dans les années 70, aller au cinéma était une activité comme une autre. Genre « Quelle heure il est là ? Ah, si j’allais voir un film ». Ca n’a jamais été tellement plus que ça pour moi ».

Pas trop compris en quoi c’est différent aujourd’hui…

« Je n’ai d’ailleurs jamais lu les grands textes théoriques sur le cinéma. Venant des études de philo, j’avais tendance à trouver ça faible d’esprit ».

Les films qui l’ont marqué

« Le sacrifice de Tarkovski. Je me suis dit à la projo « J’ai quand même du bol de voir ce film sublime à Cannes, sur le plus bel écran du monde, et devoir écrire dessus en sortant. Les ailes du désir (Wenders, 87), je me souviens avoir eu l’impression d’être marabouté par le film, en hypnose. »

Bruno Ganz, dans Les ailes du désir

Bruno Ganz, dans Les ailes du désir

Shit Florent Marchet says

Publié le
Florent Marchet

Florent Marchet

Autant j’apprécie beaucoup son nouvel album, autant il faut reconnaître que Florent Marchet est un TRES bon client de ma rubrique « Shit Les Inrocks Says »…Florilège de son interview dans le n°947 du 22 janvier 2014 :

Réconfortant boson de Higgs

« L’idée sur rien ne se crée, rien ne se part, tout se transforme n’a jamais été aussie vraie depuis la découverte du boson de Higgs. La mort ou la disparition ne veulent plus dire grand chose. C’est très réconfortant de se dire que l’on est un assemblage de cordes et de particules qui existera ailleurs et sous une autre forme ».

Temple Solaire

« Pour moi, le Temple solaire a fait moins de dégâts que la secte financière et les traders ».

Les angles droits

« Je me suis beaucoup intéressé à l’art cinétique, à l’architecture, aux travaux de gens comme Antti Lovag, avec cette recherche sur les courbes, les maisons-bulles, parce que j’ai de plus en plus de mal moi-même avec les angles droits ».

Bon, pour être honnête, il y a aussi de vraies bonnes intuitions :

« la réalité de la chanson française et ses rhumatismes »

« le style est dans le son, tu peux prendre n’importe quelle chanson de Dominique A et en faire un truc de r’n’b indigeste. Dans l’autre sens, c’est plus dur ». (à vrai dire, j’aimerais bien entendre du Dominique A r’n’b !

 » [après l’échec de Rio Barril] je me suis senti un peu exclu du village, celui de la chanson française plus classique, et j’y suis revenu d’une certaine manière avec Courchevel, qui était une façon de reprendre ma place au Café du commerce. »

« j’ai toujours ce complexe du mec qui vient de la campagne, et je crois que c’est un truc qui reste à vie, ce sentiment de ne jamais être légitime ».

Ardisson : il comprend le PAF comme personne

Publié le

Image

[Les Inrocks] Que penses-tu du nouveau dispositif de l’émission avec Aymeric Caron et Natacha Polony ?

[Thierry Ardisson] Je serais très humilié d’avoir besoin de quelqu’un pour poser des questions à ma place. Que ce soit pour interviewer des politiques comme Jean-Michel Aphatie au Grand Journal ou pour dire du mal, comme Aymeric Caron chez Ruquier. Moi, je fais tout moi-même. Je considère que l’animateur, au prix où il est payé, peut être multifonction !

Image

[L.I]C’est quoi un bon animateur ?

[T.A] Un animateur, ce n’est pas quelqu’un qui vient d’une classe sociale trop élevée, sinon les téléspectateurs le ressentent. Il ne faut pas, a contrario, que ce soit le lumpenproletariat non plus. La « deep France » façon Cauet aura toujours du mal à discuter avec des intellos.

Image

[L.I] Y a-t-il des animateurs d’avenir ?

[T.A] Cyril Hanouna est phénoménal! C’est comme un mec qui fait du breakdance (nda : ??) C’est une personnalité exceptionnelle pour de l’entertainment pur. Yann Barthès est génial! Ensuite, il y a de jeunes espoirs qui vont monter. Thomas Thouroude y arrivera. Il est dans l’incubateur Canal. Il a une émission où il n’y a pas d’enjeux. Il faut qu’il se forme.

Les Inrockuptibles du 30 octobre 2013, pages 42-43. Propos recueillis par David Doucet et Pierre Siankowski

#NSPLG

Nos voyages en itinéraire bis

-The Best Place-

Alo oui cer LeReilly

Sciences&Co

La Science accessible à tous !

Grand Place

Mes humeurs, mes coups de coeur , mes decouvertes... #Roubaix

Draps de toute laine

Rien de ce qui est roubaisien ne m'est étranger

SAIGONroub@ix

Itinéraire d'un enfant du Mékong

La Revue de stress #RevuedeStress 2.0

La chose importante est la chose évidente que personne ne dit. Tel est le journalisme d'aujourd'hui.

Blair1789

blair1789blog.tumblr.com

blogosth

Il y a bien longtemps, dans une blogosphère lointaine, très lointaine... vivait un drôle de petit blog !

Weekly Comic Book Review

Your source for comic book commentary

florenthenrifonteyne

A fine WordPress.com site

%d blogueurs aiment cette page :