Flux RSS

Jesus to a child, hommage à George Michael

Publié le

Il y a peu de titres que j’ai autant écouté que « Jesus to a child » de George Michael. Peu de titres qui m’aient autant ému, un morceau qui m’émeut toujours autant, une chanson qui m’émouvra sans doute toujours. Je l’ai ré-écoutée ce soir, alors que le décès de son auteur a été annoncé aujourd’hui, et j’ai, presque comme à chaque fois, eu la chair de poule en l’écoutant.

Il y a bien sûr de nombreuses raisons personnelles qui font que ce titre signifie autant pour moi depuis sa sortie en janvier 96, sur lesquelles je ne m’étendrai pas aujourd’hui.

Mais c’est, avant tout et surtout, parce que c’est une oeuvre magistrale et une chanson magnifique.

C’est une bossa nova lente et triste, presque iconique. Calme et digne, une longue plage instrumentale l’ouvre avec élégance. La production, plus de 20 ans après, est intemporelle et aussi fraîche qu’au jour de la sortie.

La voix de George Michael arrive bientôt, « kindness in your eyes… », plus haute qu’à l’accoutumée, presque frêle, délicate, incroyablement expressive, sensible et contrôlée. On a l’impression que chaque intonation, chaque soupir, chaque accent ont été mûrement réfléchis pour créer une émotion maximale. Et c’est exactement l’effet produit. Ça marche.

jesus-to-a-child-cd

Le refrain, « when you find love, when you that it exists », est bien sûr une puissante affirmation musicale, une mélodie absolument imparable, et surtout une affirmation de la force de l’amour qu’il a ressenti, d’un effet véritablement irrésistible. Pour La Rochefoucauld, dans ses « Maximes », « Il y a des gens qui n’auraient jamais été amoureux, s’ils n’avaient jamais entendu parler de l’amour ». Ce soir, je paraphraserai volontiers La Rochefoucauld pour dire qu’ ‘il y a des gens qui n’auraient jamais été amoureux, s’ils n’avaient jamais entendu Jesus to a Child de George Michael ».

Aujourd’hui, on en sait beaucoup plus sur cette chanson et sur la vie sentimentale de George Michael à l’époque. En plein conflit avec sa maison de disque Sony, fatigué par une tournée mondiale pour son album précédent « Listen without prejudice », il rencontre Anselmo Feleppa, un designer brésilien, fin 1990, qui devient son grand amour. Hélas, 3 fois hélas, il apparaît que Feleppa est malade du Sida, et il décèdera en mars 93, laissant un Michael dévasté et rempli de culpabilité. La légende dit que c’est après le décès d’Anselmo qu’il trouvera le courage de révéler son homosexualité à son mère. Si la puissance émotionnelle de Jesus to a Child est à la mesure de l’amour qu’il ressentait pour Feleppa, c’est à la fois une preuve par l’exemple de la sublimation d’une douleur personnelle dans une oeuvre d’art; et aussi pour George Michael une perte dont il ne se remettra sans doute jamais totalement.

real-anselmo-feleppa

George Michael et Anselmo Feleppa, photo Louie de Fillipis

Gala nous en dit un peu plus sur l’histoire de George Michael et Anselmo Feleppa.

Et Kurt Corbeille signe un excellent article hommage à George Michael, l’homme qui a inventé les années 90.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

#NSPLG

Nos voyages en itinéraire bis

-The Best Place-

Alo oui cer LeReilly

Sciences&Co

La Science accessible à tous !

Grand Place

Mes humeurs, mes coups de coeur , mes decouvertes... #Roubaix

Draps de toute laine

Rien de ce qui est roubaisien ne m'est étranger

SAIGONroub@ix

Itinéraire d'un enfant du Mékong

La Revue de stress #RevuedeStress 2.0

La chose importante est la chose évidente que personne ne dit. Tel est le journalisme d'aujourd'hui.

Blair1789

blair1789blog.tumblr.com

blogosth

Il y a bien longtemps, dans une blogosphère lointaine, très lointaine... vivait un drôle de petit blog !

Weekly Comic Book Review

Your source for comic book commentary

florenthenrifonteyne

A fine WordPress.com site

%d blogueurs aiment cette page :