Flux RSS

On achève bien les jeunes, Bernard Spitz

Publié le

Le parcours de Bernard Spitz est atypique et attachant. Entre haute fonction publique, entreprise privée, auteur d’une bonne dizaine de livres, membre de plusieurs think tanks et bureau du MEDEF, il aime à joindre les univers éloignés et s’avère volontiers iconoclaste.

Dans son dernier ouvrage sorti l’an dernier, « On achève bien les jeunes » (il a aussi l’art du titre…), il dresse un tableau sans complaisance, avec une verve toute pamphlétaire pour être honnête, de la situation des jeunes dans  notre pays. Il y développe la thèse, à vrai dire largement connue, de la captation des ressources et des richesses du pays par les baby boomers, et d’une jeunesse tenue pour partie négligeable par le reste du pays.

Ce qui est plus original, et donc plus inquiétant, c’est qu’il met des chiffres en face de cela, qu’il explique les évolutions, qu’il décrit la mise en place de mécaniques infernales; et aussi – vertu assez rare pour qu’on la signale -, qu’il se réfère assez régulièrement aux performances des pays voisins pour étalonner la (faible) réussite de la France sur certaines sujets. Il y a presque un côté moral d’ailleurs, dans son explication des raisons pour lesquelles un pays qui ne fait pas confiance et qui ne se mobilise pas pour sa jeunesse se condamne lui-même au déclin.

Il ne fait pas l’économie de raccourcis un peu rapides, de considérations parfois à la limite du café du commerce (la stigmatisation de l’université, l’enseignement prétendument non chronologique de l’histoire…); ce qu’on lui pardonne bien volontiers car il ne prétend pas faire oeuvre scientifique mais plutôt d’humeur; et qu’a contrario, il met aussi le doigt sur certains sujets dont on parle finalement peu, par exemple son analyse de l’inutilité du « traitement social du chômage des jeunes ».

Il propose aussi bien sûr des pistes de redressement, autour de 4 thèmes : la réforme du marché du travail, la réforme des savoirs, la réforme des comptes publics et sociaux, et la réforme de la citoyenneté. Pour être un peu au fait de ces différents sujets, et notamment du 2ème qui traite de la formation des jeunes, la lecture de ces quelques pages m’a fait un bien fou, car cela m’a permis de prendre un peu de recul sur une pratique d’initié, de remettre dans une perspective d’ensemble les difficultés du système de formation français, d’avoir des pistes de changement. Cela ne rend pas les choses forcément facile, mais c’est toujours agréable de constater que d’autres font des constats similaires et cherchent encore et toujours à y remédier.

Evidemment, tout cela est d’inspiration très libérale, même si certaines propositions (l’abaissement de l’âge du vote pour certaines élections par exemple, ou la cérémonie de 1er vote) m’ont surpris et m’ont après réflexion semblé plus pertinentes que je ne le pensais.

Qu’on soit d’accord ou pas avec les solutions proposées, c’est en tout cas une lecture stimulante, un constat sans concessions, et une vraie stimulation du débat que propose Bernard Spitz. On peut aussi regretter qu’un an après la sortie de ce livre, le débat public se soit orienté sur bien d’autres sujets et qu’il soit à craindre que le sort des jeunes ne soit pas au coeur de la prochaine campagne présidentielle.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

#NSPLG

Nos voyages en itinéraire bis

-The Best Place-

Alo oui cer LeReilly

Sciences&Co

La Science accessible à tous !

Grand Place

Mes humeurs, mes coups de coeur , mes decouvertes... #Roubaix

Draps de toute laine

Rien de ce qui est roubaisien ne m'est étranger

SAIGONroub@ix

Itinéraire d'un enfant du Mékong

La Revue de stress #RevuedeStress 2.0

La chose importante est la chose évidente que personne ne dit. Tel est le journalisme d'aujourd'hui.

Blair1789

blair1789blog.tumblr.com

blogosth

Il y a bien longtemps, dans une blogosphère lointaine, très lointaine... vivait un drôle de petit blog !

Weekly Comic Book Review

Your source for comic book commentary

florenthenrifonteyne

A fine WordPress.com site

%d blogueurs aiment cette page :