Flux RSS

La clarinette, Vassilis Alexakis : mission accomplie

Publié le

Ce livre, c’est tout ce qu’on aime et tout ce qui nous énerve dans une certaine littérature française, plus précisément une certaine littérature parisienne.

Vassilis Alexakis, image Le Point

Vassilis Alexakis, image Le Point

Tout ce qui nous énerve, parce qu’on est dans une littérature de l’entre-soi, tout le livre s’adresse à son éditeur récemment décédé (Jean-Marc Roberts, dont le nom est bizarrement omis, à quoi bon ?) et narre ses derniers mois de relation amicale entre l’auteur et lui, on quitte rarement le 5ème arrondissement de Paris (sauf pour aller en Grèce ou dans des salons du livre), on passe beaucoup de temps à décrire les appartements, les repas et les plats du resto italien d’en bas, les intrigues littéraires et les manoeuvres pour obtenir des prix littéraires, les conquêtes amoureuses, les statues du square de la rue, l’allumage de pipe en toute circonstance et les bienfaits qu’il procure à l’auteur, que sais-je encore…C’est souvent anecdotique, il y a de nombreuses pages qu’on survole en vitesse, un contentement de soi même dans le détail de ses propres doutes et de ses propres faiblesses, quelque chose qu’on pourrait résumer en un mot un peu désuet : la fatuité.

Alexakis, à Paris bien sûr, photo L'Express

Alexakis, à Paris bien sûr, photo L’Express

Mais aussi tout ce qu’on aime, parce qu’il faut reconnaître que le bonhomme a du talent. Tout cela se lit avec plaisir, l’écriture est souple, fluide, élégante, parfaitement maîtrisée. La langue est belle et s’intéresse aussi à elle-même. Les formules choc abondent (« la Grèce est à vendre mais personne ne veut l’acheter »), les moments oniriques font souvent mouche alors qu’ils pourraient facilement sombrer dans le ridicule, les notations justes abondent, les digressions sont de bon aloi. Et les parties se déroulant en Grèce, bizarrement, se révèlent passionnantes, quelque chose comme un hybride en autofiction, roman et journalisme.

Au final, il faut reconnaître une lecture agréable, un roman qui se lit avec plaisir, et qui donne envie d’en savoir plus sur les sujets qu’il aborde. Mission accomplie, non ?

La couverture du livre, sorti aux éditions du Seuil

La couverture du livre, sorti aux éditions du Seuil

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

#NSPLG

Nos voyages en itinéraire bis

-The Best Place-

Alo oui cer LeReilly

Sciences&Co

La Science accessible à tous !

Grand Place

Mes humeurs, mes coups de coeur , mes decouvertes... #Roubaix

Draps de toute laine

Rien de ce qui est roubaisien ne m'est étranger

SAIGONroub@ix

Itinéraire d'un enfant du Mékong

La Revue de stress #RevuedeStress 2.0

La chose importante est la chose évidente que personne ne dit. Tel est le journalisme d'aujourd'hui.

Blair1789

blair1789blog.tumblr.com

blogosth

Il y a bien longtemps, dans une blogosphère lointaine, très lointaine... vivait un drôle de petit blog !

Weekly Comic Book Review

Your source for comic book commentary

florenthenrifonteyne

A fine WordPress.com site

%d blogueurs aiment cette page :