Flux RSS

Retour à Killybegs – Sorj Chalandon

Publié le

ImageJ’avais en son temps été assez dur avec le roman précédent de Sorj Chalandon, « Mon traître », qui racontait du point de vue d’un luthier français qui s’était épris de la cause irlandaise sa relation avec différents activistes irlandais de Belfast, dont Tyrone Meehan, et sa désillusion / stupeur / incompréhension quand il avait été révélé que celui-ci était un informateur des services britanniques depuis plus de 20 ans.

J’avais reproché à « Mon traître » un style pataud, une construction peu aboutie, de nombreuses invraisemblances, des souvenirs clichés, des personnages auxquels on croyait peu (notamment le héros Antoine) ; et ce malgré une réelle connaissance par Chalandon du sujet évoqué qui arrivait à faire vivre le roman.

Chalandon a pris le meilleur de son livre précédent, le personnage de Tyrone Meehan, et en a fait le personnage central de son nouveau livre. Et là, c’est une franche réussite. En se concentrant sur un personnage complexe, sombre, emblématique mais toujours humain, il est cette fois bien plus inspiré et nous fait vraiment rentrer dans le personnage, et surtout dans la cause irlandaise qui lui tient tant à cœur.

Dans une structure finalement classique et biographique, Chalandon nous conte donc l’histoire de Tyrone, né dans la misère du Donegal des années 20, d’un père bien sûr violent et alcoolique et dans une famille de 7 enfants (oui, Chalandon n’est parfois pas avare de cliché). Son arrivée comme adolescent dans un Belfast en pleine 2ème guerre mondiale, son déménagement forcé dans un ghetto catholique, et son parcours indépendantiste, d’abord dans les scouts, puis comme membre de l’IRA, sa participation à divers faits d’armes, jusqu’à son incarcération au début des années 80 à Long Kesh pendant la fameuse guerre de l’hygiène, qu’on vit ici au plus profond.

Le sujet de la traîtrise, s’il n’était que survolé dans l’ouvrage précédent, est ici abordé de front, du mois expliqué, compréhensible, intégré dans la psychologie des personnages. Et c’est comme une condamnation à mort quasi certaine que le personnage affronte pendant tout le livre, avec toujours le fol espoir qu’il puisse y échapper, et sans jamais se donner vraiment les moyens de le faire. Mais est-ce à 81 ans qu’un irlandais aussi épris de sa terre et de son peuple pourrait envisager l’exil ?

De manière générale, la matière psychologique du livre est bien plus crédible que dans « Mon traître », y compris dans ses relations familiales difficiles avec son père, sa femme ou son fils ; ce qui n’était pas évident vu le sujet. Et Chalandon a su garder ce qui faisait le sel de son ouvrage précédent, cette immersion dans le quotidien chaotique et chaleureux des quartiers républicains de Belfast ; le tout sans angélisme ni béatification.

Le plus étonnant, c’est le style de l’auteur. Autant sa lourdeur et ses effets appuyés m’avaient marqué et déplus dans « Mon traître », autant ici j’ai trouvé l’expression plus légère, le style plus élégant ; je n’avais pas l’impression de lire un livre du même auteur. Soit Chalandon a beaucoup progressé, soit il a beaucoup écouté ce qu’on lui a dit, soit je me suis bien adouci en un an et demi.

A tel point que ce qui apparaissait dans « Mon traître » comme « un livre de journaliste qui a couvert le sujet et a voulu transformer ça en bouquin » et simplement ici un beau et émouvant portrait d’homme. C’est bien mieux.

Revue de web :

Un petit texte de Chalandon sur la genèse de ces 2 livres : http://www.grasset.fr/automne_romanesque_2011/chalandon.html,

Où il apparaît que celui qui inspiré le personnage était Denis Donaldson, http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Donaldson

Retenons aussi la belle critique de François Busnel, « cette fois Chalandon frappe juste » :

http://www.lexpress.fr/culture/livre/traitre-malgre-lui_1029811.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

#NSPLG

Nos voyages en itinéraire bis

-The Best Place-

Alo oui cer LeReilly

Sciences&Co

La Science accessible à tous !

Grand Place

Mes humeurs, mes coups de coeur , mes decouvertes... #Roubaix

Draps de toute laine

Rien de ce qui est roubaisien ne m'est étranger

SAIGONroub@ix

Itinéraire d'un enfant du Mékong

La Revue de stress #RevuedeStress 2.0

La chose importante est la chose évidente que personne ne dit. Tel est le journalisme d'aujourd'hui.

Blair1789

blair1789blog.tumblr.com

blogosth

Il y a bien longtemps, dans une blogosphère lointaine, très lointaine... vivait un drôle de petit blog !

Weekly Comic Book Review

Your source for comic book commentary

florenthenrifonteyne

A fine WordPress.com site

%d blogueurs aiment cette page :